Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

« Toucher du doigt l'Église universelle »

Les membres du Conseil exécutif de la Cevaa ont participé, le jeudi 19 octobre, à une soirée à la paroisse réformée de Fribourg, où avaient été invités des membres des diverses Églises suisses. Le but : faire davantage connaître ce qui se vit et se partage à travers la Communauté. Récit de la soirée en images.
Photo de la soirée © Cevaa

« Quand la Cevaa m'envoie dans un pays lointain, je peux toujours dire à mes proches : ne vous inquiétez pas, je serai reçue dans ma famille. » Debout face à l'auditoire silencieux, Ysabelle de Salis s'efforce de transcrire en quelques mots ce qui représente pour elle l'essence de la Communauté d'Églises en mission. Elle est pasteur de l'EREN (Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel), engagée depuis longtemps auprès de la Cevaa ; elle fait partie de la Commission Cevaa de DM-échange et mission, qui regroupe les membres suisses participant à des coordinations de la Cevaa, ou qui sont délégués à son Assemblée Générale.

Dans l'auditoire, des membres des diverses Églises helvétiques : ils sont venus à la paroisse réformée de Fribourg, en cette soirée du 19 octobre, à l'invitation du pasteur Martin Burkhard pour mieux découvrir ce qui se vit et ce qui se fait à travers la Communauté d'Églises en mission. Et devant eux, pour exprimer ce qui s'expérimente à travers ces rencontres entre Églises de toutes les régions du monde, ce sentiment de proximité, cette capacité à partager avec des gens vivant à l'autre bout de la planète et qui ont la même foi, Ysabelle de Salis parle d'une utopie qu'il faut faire vivre, car elle permet de « toucher du doigt l'Église universelle ».

Deux participantes du séminaire Jeunesse de Kigali témoignent

Pour aller plus loin :

• Fiche d'Eglise : l'EELG
• Fiche d'Eglise : l'EERF
• Fiche d'Eglise : l'EERV
• Fiche d'Eglise : l'EPG
• Fiche d'Eglise : l'ERBJS
• Fiche d'Eglise : l'EREN
• Fiche d'Eglise : l'EREV

Avant elle, d'autres membres du Conseil exécutif ou du Secrétariat de la Cevaa ont été, tour à tour, invités par le pasteur Burkhard à prendre ainsi la parole. Ils ont évoqué leur parcours, leur histoire propre avec la Cevaa. Martine Grâce Lawson-Late Zinsou, présidente de l'Église méthodiste du Togo, a été boursière de la Cevaa dans les années 90. Ce qu'elle en a retiré alors, cette ouverture, elle s'efforce aujourd'hui d'en faire profiter son Église. Suzanne Onambélé, qui vient de Bangui, décrit le soutien dont a bénéficié son Église, l'EPCRC (Église protestante Christ-Roi de Centrafrique), dans un pays traumatisé par les violences communautaires.

Jean-Jacques Ndong Ekouaghe préside l'Église évangélique du Gabon, longtemps divisée, et qui a pu se réconcilier il y a près d'une vingtaine d'années avec l'aide de la Cevaa : « Aujourd'hui au Gabon, dit-il, tout le monde connaît la Cevaa dans les Églises – et c'est même le cas des politiques, qui savent à quel point elle s'est impliquée. » Berthin Nzonza, né au Congo mais qui vit en Italie où il est membre de la Chiesa evangelica Valdese Italia (Église évangélique vaudoise d’Italie) plaisante sur la surprise qu'il provoque lors de rencontres internationales où il se retrouve en Afrique comme représentant de l'Italie : « Pour moi, c'est ça, la Cevaa ! » Et sur un mode plus sérieux, il décrit le soutien apporté par la Cevaa à son Église, à une époque où son unité était menacée par l'arrivée de nouveaux paroissiens venus d'Afrique, avec une théologie différente et différentes expressions de leur foi.

D'autres histoires personnelles continuent aujourd'hui à se tisser à travers la Cevaa. Deux jeunes participantes fribourgeoises du séminaire Jeunesse organisé à l'été 2017 à Kigali ont été également invitées à témoigner par le pasteur Burkhard. Elles prennent place près d'un rétroprojecteur, les lumières s'éteignent, et sur fond de paysages rwandais qui défilent sur le mur, elles racontent leur expérience. Avec enthousiasme et lucidité. Ce qu'elles ont découvert : la place très différente tenue par les Églises dans une société africaine ; la richesse d'échanger avec des participants venus du monde entier et issus de cultures d'Églises si diverses... Elles sont elles-mêmes fortement impliquées dans la vie de l'Église Évangélique Réformée du Canton de Fribourg, mais auraient du mal à transposer dans leurs activités certaines thématiques abordées lors du séminaire Jeunesse, trop en décalage avec les réalités de la société suisse... Qu'importe, elles veulent poursuivre l'expérience de la Cevaa et sont déjà prêtes à repartir. D'ailleurs, souligne l'une d'elles, lors des Assemblées Générales de la Cevaa, les Églises membres sont incitées à envoyer des jeunes parmi les délégués. La Suisse semble un peu en retard sur ce chapitre. Et si à la prochaine AG... ?

 

Rencontre avec la commission Cevaa

 

Cette soirée organisée à la paroisse réformée de Fribourg le 19 octobre a été précédée d'une rencontre, dans la salle paroissiale, entre les membres du Conseil exécutif de la Cevaa et ceux de la commission Cevaa de DM-échange et mission, le département missionnaire des Églises de Suisse romande. L'occasion de faire le point sur les attentes des uns et des autres. Le paysage ecclésial de Suisse, très marqué par le système confédéral, a produit des Églises très liées à leur canton, très indépendantes les unes par rapport aux autres, et qui doivent travailler pour trouver une unité, ce qui ne favorise pas l'ouverture internationale ; elles attendent justement de la Cevaa des événements qui favorisent les échanges, les rencontres, l'ouverture. Le Secrétariat de la Cevaa, pour sa part, s'est félicité de la part grandissante que représentent les membres des Églises de Suisse lors des rencontres et séminaires internationaux.

Retrouvez ci-dessous quelques photos des deux moments de la soirée :

 

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : , , , , , , , ,