Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

PROJET LINFA, au service d’une société multiculturelle

Présentation du programme LINFA lors de la NAC à Sornetan

Lors du séminaire sur la Nouvelle Action Commune organisé à Sornetan en partenariat avec DM-Echanges et Mission, nous avons rencontré Anne Zell, animatrice de l’Eglise Vaudoise d’Italie co-responsable du projet LINFA avec sa collègue Francesca Cozzi. Anne Zell est pasteure à l’Eglise de Brescia.

Pouvez-vous nous présenter le projet LINFA et son origine ?

LINFA est un programme qui a été créé pour prendre en compte la présence en Italie de très nombreux immigrés évangéliques ou protestants. Ils sont plus de 250 000 installés dans le Nord de l’Italie  et la plupart sont presbytériens ou méthodistes.

Ce cursus de deux ans est ouvert aux membres des Eglises évangéliques, qu’ils soient Italiens ou immigrés. Son objectif est de former l’unité en Christ malgré les barrières d’ordre géographique et/ou linguistique.

La plupart des participants habitent au Nord-Est : ils sont principalement de culture anglaise et méthodistes. Ceux qui sont originaires du Nord-Ouest sont en majorité Italiens et Vaudois (branche la plus ancienne du protestantisme en Italie, initiée par Pierre Valdo, riche marchand lyonnais de la fin du 12e siècle). Les autres arrivent du Centre et du Sud. Dans ce groupe, les Italiens sont également majoritaires mais la répartition des communautés entre les différentes Eglises est plus homogène, les Vaudois, les Méthodistes et les Baptistes ayant le plus de membres.

 

de gauche à droite : Nicolas Monnier, Anne Zell, Sylviane Pittet, Ysabelle de Salis et Célestin Kiki

 

Que signifie LINFA ?

Le sigle de LINFA vient des mots : Laboratory Intercultural Formazione Accoglienza (Laboratoire Interculturel de Formation et d’Accueil).

Laboratoire, car la formation alterne des temps d’enseignement, des travaux de groupe inter Eglises et des temps en Eglise animés par des tuteurs ou des groupes locaux.

Interculturel, c’est l’une des dimensions forte de ce projet. Les Eglises sont concernées par l’immigration qui vient grossir leurs rangs. LINFA donne des outils pour « être Eglise ensemble » par le biais de témoignages révélateurs des sensibilités et des traditions. Elle donne aussi des outils pour témoigner de ce qui se vit en Italie dans le domaine de la foi.

Formation, parc qu’il s’agit d’accompagner concrètement les hommes et les femmes au vivre ensemble. La formation des tuteurs pendant deux années comprend plusieurs séminaires. Certains sont nationaux, d’autres régionaux.

La première année s’articule autour de trois modules : la Bible, les Eglises et l’Intergénérationnel.

La deuxième, également structurée en trois modules, traite de l’Histoire et de l’Identité des Eglises, de la Mission et de l’Evangélisation, enfin de l’Intégration et la Citoyenneté.

Accueil : cette formation de tuteurs accueille ceux qui souhaitent la suivre à deux conditions : l’écoute mutuelle et l’envie de transmettre la formation reçue !

 

Pourquoi le projet LINFA vous paraît-il indispensable ?

Il y a 8 ans le gouvernement de l’Eglise m’a demandé d’aller à Brescia, une communauté très mixte. Au regard de ma biographie,  il est tout à fait naturel de m’intéresser aux thèmes développés pour la formation LINFA. Cette formation va très prochainement être proposée par la Faculté de Théologie Vaudoise de Rome. La reconnaissance académique  du contenu de cette formation par un Master sous la responsabilité de la Faculté de Théologie Vaudoise marque un pas vers la recherche de l’équilibre entre l’approche académique et le dialogue interculturel.

Je suis particulièrement sensible à la mixité des intervenants provenant de divers milieux : ils ne seront pas seulement des universitaires, mais aussi des personnes issues du monde non universitaire. Il s’agira de personnes de terrain, les jeunes, les hommes et les femmes de différentes cultures qui vont compléter et enrichir la réflexion.  Sans eux, il n’y a pas de réelle ouverture au monde. Si nous voulons construire des solutions pour vivre ensemble, il faut donner une place à tous ceux qui peuvent apporter de la valeur ajoutée à cette formation.

 

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more