Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

Lesotho : le texte de l'appel de la LECSA

"Suivre la voie de la paix et éviter les représailles" : voici à quoi appelle cette déclaration adressée à "tous les Basotho de bonne volonté" par la Lesotho Evangelical Church in Southern Africa, alors que l'instabilité politique que connaît le pays menace de s'aggraver brutalement à la suite de l'assassinat du chef des armées. Retrouvez ici le texte original de cet appel, en anglais, ainsi qu'une traduction en français.

STATEMENT BY THE LESOTHO EVANGELICAL CHURCH IN SOUTHERN AFRICA (LECSA)
ON THE PREVAILING SITUATION IN LESOTHO ON 06.09.2017

La conférence de presse de la LECSA (DR)

 “Come now, let us reason together”, says the LORD. “Though your sins are like scarlet, they shall be as white as snow; though they are red as crimson they shall be like wool.  If you are willing and obedient, you will eat the best from the land; but if you resist and rebel you will be devoured by the sword.”  For the mouth of the LORDhas spoken.   (ISAIAH 1: 18 – 20)

The Lesotho Evangelical Church in Southern Africa (LECSA) is specifically charged with the responsibility to bring and preserve peace and justice to Lesotho and to all Basotho people. These are deemed to be fundamental human rights. In the absence of these, we shall not keep quiet, since that is the sole reason for our existence in this country.

The Church has released several statements since 2012 on harassment, cruel killings of people and the tendency to cause people to flee from this country. We did indicate that people identified and found to be involved in the commission of those horrible deeds should be brought before the courts of law and to face the might of the law in an attempt to restore the lost dignity of the victims. We appealed to those who were in exile then, and the Government, to engage in a dialogue and iron out their differences. We believe that the foundation of true peace is dialogue. If we become indifferent, we shall suffer the bitter consequences of never-ending conflicts.

We regret, however, to observe that these unfortunate atrocities continue to happen in this country. They surface in the following fashion:

  • Perpetual harassment of women and children, cruel killings and ritual murders causing disadvantaged people to live in fear for their lives.
  • People who fight over colors of blankets or political differences.
  • People who are arrested by the police and are tortured under investigation.
Pour aller plus loin :
Brochure d’Animation théologique de la Cevaa

- Lesotho : la LECSA lance un appel pour le respect des droits humains (article sur le contexte du Lesotho)

We are not against the arrest of law-breakers, but we object when suspects are harassed and tortured, even before the courts of law have confirmed that they are guilty. Section 1 (8) of the Constitution dictates that “No person shall be subjected to torture or to inhuman or degrading punishment or other treatment.”

It is for these reasons that some people have already fled the country on allegations that their lives are threatened, just like those who fled previously. One can ask the question:  When will this cycle of events end?

The Basotho nation is sick and tired of these squabbles and never-ending frictions. The people want peace and service delivery, as well as development of the country that will help improve their livelihoods. We, therefore, appeal to all sides affected to engage in dialogue (see Isaiah 1:18 -20).

We wish to encourage our Government to seriously heed this advice from Scripture, which says: “They replied, ‘If today you will be a servant to these people and serve them and give them a favourable answer, they will always be your servants.’” (I Kings 12:7).

We sincerely appeal to every Mosotho to take it upon himself or herself to  pursue the path of peace and  avoid retaliation.  The harassment and brutal killings of innocent people must cease.  Let us commit ourselves to try and do everything accordingly to the dictates of the law since nobody is above the law.

We wish to conclude this statement by inviting all Basotho of goodwill, both in Government and opposition, to approach all issues with calm and clear minds. Let us remember the wise saying of Moshoeshoe I when he said “U ka nketsang ha e ahe motse, motse ho ahoa oa Morapeli Thesele.” (You cannot attain success and stability on stubbornness, but you can if you are calm and level-headed).  We strive for justice and peace all the time wherever we may be. May God hear our prayer and help us.

It would be remiss of us not to express our heartfelt condolences to all Basotho who have been affected by these atrocities happening in our land. Our hearts and prayers go out to you, your loved ones and your families during these difficult and trying times.

“So in everything, do to others what you would have them do to you, for this sums up the Law and the Prophets.” (Matthew 7:12)

Khethang Nelson Posholi (Rev.)                           Tšeliso Simeon Masemene (Rev.)     

Executive Secretary                                                    Synodal Moderator

 

 

 

 

 

 

DÉCLARATION DE L'ÉGLISE EVANGELIQUE du LESOTHO EN AFRIQUE AUSTRALE (LECSA)
SUR LA SITUATION DU LESOTHO LE 06.09.2017

Le Rev. Khethang Nelson Posholi, Secrétaire Exécutif de la LECSA, lors de la conférence de presse

"Venez et plaidons! dit l'Eternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige; S'ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine." (Esaïe 1: 18-20)

L'Église évangélique du Lesotho en Afrique australe (LECSA) est chargée spécifiquement de la responsabilité d'apporter et de préserver la paix et la justice au Lesotho et à tous les Basotho. Celles-ci sont considérées comme des droits humains fondamentaux. Si elles manquent, nous ne pouvons rester silencieux, car c'est la seule raison de notre existence dans ce pays.

L'Église a publié plusieurs déclarations depuis 2012 sur le harcèlement, les tueries cruelles de personnes et la tendance à faire fuir les gens de ce pays. Nous avons indiqué que les personnes identifiées et trouvées impliquées dans la commission de ces horribles actes devraient être traduites devant les tribunaux et faire face à la force de la loi dans le but de rétablir la dignité perdue des victimes. Nous avons fait appel à ceux qui étaient en exil alors, et au gouvernement, pour engager un dialogue et réduire leurs différends. Nous croyons que le fondement d'une véritable paix est le dialogue. Si nous devenons indifférents, nous subissons les conséquences amères de conflits sans fin.

Nous regrettons toutefois de constater que ces atrocités malheureuses continuent de se produire dans ce pays. Elles se manifestent sous des façons différentes :

  • Le harcèlement perpétuel des femmes et des enfants, des tueries cruelles et des meurtres rituels qui font que les personnes défavorisées vivent dans la crainte pour leur vie.
  • Des affrontement au nom de différents partis ou tendances politiques.
  • Des personnes arrêtées par la police qui subissent des tortures pendant l'enquête.

Nous ne sommes pas opposés à l'arrestation de ceux qui enfreignent la loi, mais nous nous opposons à ce que les suspects soient harcelés et torturés, avant même que les tribunaux se soient prononcés sur leur culpabilité. L'article 1 (8) de la Constitution stipule que " Nul ne doit être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants ".

Le Rev. Tšeliso Simeon Masemene, Modérateur de la LECSA, lors de la conférence de presse

C'est pour ces raisons que certaines personnes ont déjà fui le pays sur des allégations selon lesquelles leur vie était menacée, tout comme ceux qui ont fui auparavant. On peut se poser la question: quand finira ce cycle d'événements?

La nation Basotho est malade et fatiguée de ces querelles et frictions sans fin. Les gens veulent la paix et un pays en état de marche, ainsi que le développement qui aidera à améliorer leurs moyens de subsistance. Nous appelons donc tous les partis concernés à dialoguer (voir Ésaïe 1:18 à 20).

Nous souhaitons encourager notre gouvernement à observer sérieusement ce conseil de l'Écriture, qui dit: "Et voici ce qu'ils lui dirent: Si aujourd'hui tu rends service à ce peuple, si tu leur cèdes, et si tu leur réponds par des paroles bienveillantes, ils seront pour toujours tes serviteurs."(I Rois 12: 7).

Nous appelons sincèrement chaque Mosotho à se charger de suivre la voie de la paix et d'éviter les représailles. Le harcèlement et les tueries brutales d'innocents doivent cesser. Efforçons-nous de tout faire conformément aux prescriptions de la loi, puisque personne n'est au-dessus de la loi.

Nous souhaitons conclure cette déclaration en invitant tous les Basotho de bonne volonté, tant au gouvernement qu'à l'opposition, à aborder tous les problèmes avec des esprits calmes et clairs. Rappelons-nous le dicton sage de Moshoeshoe I quand il a dit " U ka nketsang ha e ahe motse, motse ho ahoa oa Morapeli Thesele." (Vous ne pouvez pas atteindre le succès et la stabilité par votre entêtement, mais vous le pouvez si vous êtes calme et d'humeur égale). Nous plaiderons pour la justice et la paix aussi longtemps que nous le pourrons. Que Dieu entende notre prière et qu'Il l'exauce.

Nous n'oublions pas d'exprimer nos sincères condoléances à tous les Basotho qui ont été touchés par ces atrocités qui se produisent dans notre pays. Nos cœurs et nos prières vont à vous, à vos proches et à vos familles pendant ces moments difficiles.

"Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes." (Matthieu 7:12).

Khethang Nelson Posholi (Rév.)                            Tšeliso Simeon Masemene (Rév.)     

     Secrétaire exécutif                                                    Modérateur Synodal

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : , , ,