Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission
Newsletter
Navigation

Une journée pour s'engager contre la corruption

En ce 9 décembre, journée placée sous le signe de la lutte contre la corruption par les Nations unies, le Défi Michée, association évangélique de plaidoyer politique contre la pauvreté, incite les chrétiens à signer un appel mondial.

  L'appel de l'Onu : «Zéro corruption - 100% développement» 
  Le site de Transparency International, principale ONG de lutte contre la corruption 
  EXPOSED 2013, la campagne du Défi Michée

 

La lutte contre l'injustice et pour le respect des droits humains est inscrite dès l'origine dans la charte de la Cevaa : «Nous appartenons à un monde de contrastes et d'inégalités, capable du meilleur et du pire».

 

La corruption n'est pas un phénomène mineur, interstitiel, une sorte d'à-côté du développement ; elle a au contraire des effets désastreux sur l'ensemble des économies des pays où elle sévit. A tel point que les Nations unies ont rédigé une Convention contre la corruption dès 2003. Adoptée par l'Assemblée générale le 31 octobre, elle a été officiellement ouverte à la signature un peu plus d'un mois plus tard à Mérida, Mexique, et le 9 décembre a dès lors été décrété Journée internationale de lutte contre la corruption.

En ce 9 décembre, 10 ans tout juste après l'ouverture de la Convention à la signature, le thème mis en avant pour cette Journée internationale 2013 a pour thème : «Zéro corruption - 100% développement». Et dans un communiqué, l'Onu insiste sur tous les aspects nocifs de la corruption : «Elle sape les institutions démocratiques, ralentit le développement économique et contribue à l'instabilité gouvernementale. La corruption s'attaque aux fondements des institutions démocratiques en faussant les élections, en corrompant l'État de droit et en créant des appareils bureaucratiques dont l'unique fonction réside dans la sollicitation de pots-de-vin. Elle ralentit considérablement le développement économique en décourageant les investissements directs à l'étranger et en plaçant les petites entreprises dans l'impossibilité de surmonter les « coûts initiaux » liés à la corruption.»

Ce combat contre la corruption est aussi mené par des organisations non gouvernementales internationales, dont la plus active est Transparency International. Il mobilise en outre de nombreux chrétiens du monde entier à travers le Défi Michée, qui jugent nécessaire de s'engager au nom de leur foi contre des pratiques qui entretiennent la pauvreté et tuent massivement au sein des populations les plus démunies. Le Défi Michée a d'ailleurs lancé en cette année 2013 une campagne internationale, «EXPOSED», poussant des chrétiens à se manifester contre la corruption dans une quarantaine de pays. Cette campagne a culminé au mois d'octobre dernier à travers une série de manifestations et avec l'implication de nombreuses Églises ; en ce 9 décembre, profitant de la Journée internationale de l'Onu, le Défi Michée appelle une nouvelle fois à signer l’Appel Mondial contre la corruption.

 

Le message du Défi Michée

 

«Cher/chère ami(e) du Défi Michée,

Ceci est un message important vous demandant une seule minute de votre temps pour ajouter votre nom à l’Appel Mondial, qui nous croyons peut avoir un réel impact : www.exposed2013.fr.

Aujourd’hui est la journée internationale contre la corruption et c’est une opportunité pour les chrétiens autour du monde de faire la lumière sur le fléau de la corruption. Jésus est venu dans ce monde de gains et de corruption pour le renverser, et nous croyons qu’Il demande à l’Église de faire de même.

La réalité actuelle est que plus d’un milliard d’individus luttent pour survivre sans un véritable accès à l’eau et à l’assainissement, sans accès aux soins et avec très peu de chance d’accéder à l’éducation. La pauvreté a de nombreuses causes mais l’obstacle majeur à la réduction de la pauvreté est de loin la corruption et toutes ses pratiques.

Chaque jour plus de 2,5 milliards d’euros disparaissent de l’économie mondiale, volés par les pots-de-vin, le blanchiment d’argent, l’évasion fiscale et d’autres sortes de paiements illégaux par les entreprises ou les gouvernements. Les sommes perdues à travers les pots-de-vin seulement constituent 1000 milliards de dollars chaque année (1). Ceci nous affecte tous mais tout particulièrement les plus démunis qui en souffrent le plus. Ceci est bien plus qu’une triste statistique, ce chiffre est bouleversant. La corruption tue. Selon un rapport récent, l’ONG Christian Aid estime que si nous luttons contre l’évasion fiscale des entreprises, nous pourrons sauver la vie de 230 enfants de moins de cinq ans chaque jour (2).

C’est pourquoi le Défi Michée est fier de mener la campagne EXPOSED en France, car nous croyons qu’elle est la première campagne mondiale de chrétiens qui s’engagent pour l’intégrité et l’honnêteté dans le monde de la finance, des affaires ou bien de la politique et de l’Eglise. La corruption mène à l’injustice et à des relations brisées, alors que la Bible nous appelle à restaurer les relations entre les hommes et avec Dieu.

 

Pour certains chrétiens, dénoncer la corruption les met en danger

 

Aujourd’hui même, nous vous demandons de nous rejoindre dans notre interpellation des dirigeants les plus puissants du monde (le G20) afin de conjuguer nos efforts dans la lutte contre les pots-de-vin et l’évasion fiscale. Les gouvernements planifient déjà des mesures anti-corruption et nous pouvons les encourager à mettre en place des moyens de contrôle encore plus poussés pour rendre plus difficiles les pratiques corrompues.

Nous avons vraiment besoin de votre voix pour mettre en lumière la corruption et protéger les plus pauvres de notre monde. Signez ici pour nous aider à atteindre cet objectif : www.exposed2013.fr.

Pour beaucoup de chrétiens dans le monde s’élever contre la corruption les met en danger de mort. Mais des lueurs d’espoir existent. Joyce Thong qui mène la campagne EXPOSED en Malaisie a affirmé que dans son pays il était dangereux de parler de la corruption car ce fardeau est omniprésent mais l’Eglise dans ce pays n’a jamais été aussi réceptive et prête à l’action.

Plus nous serons nombreux à parler aux gouvernants, plus nous pourrons avoir un impact. Nous devons atteindre 50 000 signatures au niveau international à Noël et un million en juin 2014 si nous voulons être visibles et crédibles. Veuillez joindre votre lumière à celle de milliers de chrétiens autour du monde. Cela ne prend qu’une minute pour signer la pétition, mais votre voix est cruciale.

Merci.»

 

(1) Interview avec Daniel Kaufman, Directeur de la gouvernance mondiale, Institut de la Banque Mondiale, « Six questions sur le coût de la corruption », 8 avril 2004.
(2) Rapport de Christian Aid, « Qui paie le prix ? La faim : le coût caché de l’injustice fiscale », p.10 (en anglais)
Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more
Mots-clés associés : ,