Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

Suisse : Une fête en l’honneur de la Réforme

Les 13 et 14 mai derniers, l'Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg a organisé une fête à l’occasion des 500 ans de la Réforme. L’Eglise réformée cantonale représente aujourd’hui une communauté jeune et dynamique et compte plus de 40 000 membres.

Membres du Conseil synodal, Thérèse Chammartin et Martin Burkhard ont supervisé toute l’organisation de ces deux jours festifs. Ils se réjouissent aujourd’hui de l’évènement qui a rassemblé un grand nombre de personnalités, de bénévoles et de jeunes gens. « Nous avons fêté notre Eglise et commémoré la Réforme 1517, qui était une année de chamboulements pour l'Europe. Il y a un peu plus de 150 ans, l'Eglise évangélique réformée du canton de Fribourg a accédé à la reconnaissance officielle par l'Etat fribourgeois. Depuis lors, elle constitue un pilier incontournable de notre société, ainsi qu'un partenaire important pour les autorités étatiques ».
 

Le Canton de Fribourg commémore la Réforme

Dans un contexte où la Réforme est célébrée dans le monde entier et dans tous les pays d’Europe, le Conseil synodal a souhaité « apporter une contribution fribourgeoise à la commémoration de la Réforme ». Au programme des festivités : une grande fête de l'Eglise, organisée conjointement par l'Eglise cantonale et les paroisses dans le parc de Beaulieu, à Morat. Cette dernière « représente le point de départ de la Réforme sur le territoire du canton de Fribourg ».

 

Sous le grand chapiteau ( © Nicole Rixen pour la REF )

 

Deux jours de festivités

Le week-end a été particulièrement festif. Le samedi, la chorale gospel Seelandsingers a ouvert les deux jours de festivités. Divers groupes ou intervenants individuels sont ensuite montés sur scène. « Autour de la cantine de fête, les 16 paroisses réformées du canton avaient monté des stands, où elles accueillaient les personnes intéressées pour partager avec elles des informations », racontent les organisateurs. Sur place étaient montés en effet un espace maquillage pour les enfants, un atelier de peinture, une librairie bilingue ou encore un stand de prévention sur les effets de l’alcool et des drogues. Ainsi différents jeux ont été proposés pour expérimenter les sensations liées à l’alcool. Les participants ont pu porter des lunettes spéciales simulant la vision déformée telle qu'elle se présente en cas d'ébriété, tout en effectuant différentes actions. « C'est difficile même pour nous, les adultes », a commenté l'un des visiteurs. Pierre-Philippe Blaser, le président du Conseil synodal, s’est félicité du succès de ces animations : « c'est merveilleux que tout fonctionne si bien. C'est passionnant ».

 

 

Ateliers pour enfants (© Nicole Rixen pour la REF )

 

Quant au repas de fête, il a réuni plus de 170 participants. L’ambiance avait été bien pensée par les organisateurs. « L'idée était de donner une impression de l'ambiance qui pouvait régner au Moyen-Âge », a expliqué l’organisatrice de l’évènement, la conseillère synodale Thérèse Chammartin. Le menu était donc fidèle à l’époque : salade mêlée servie dans des plats communs, coq au vin puis simple dessert à base de jus de pommes.

 

Repas comme au Moyen-Age (© Nicole Rixen pour la REF )

 

La culture au centre de l’évènement

Les organisateurs de cette immense fête ont souhaité apporter un aspect culturel à l’évènement. « Dès le début des préparatifs pour la fête, il était déjà clair que la « Revue des ministres », mise sur pied par les pasteur/e/s et les diacres, constituerait un des points forts de la manifestation. Les actrices et acteurs se sont investis sans compter pour apprendre et répéter leurs textes et leurs rôles ». Ainsi, les 3 représentations proposées durant le week-end ont fait salle comble.

 

Un culte dominical commémoratif

Le lendemain matin, tous les participants ont assisté au culte dominical. « Un culte solennel, bilingue et œcuménique qui a réchauffé les cœurs de toute l'assistance », précisent les organisateurs. « Dans sa prédication, le pasteur Pierre-Philippe Blaser, président du Conseil synodal, a parlé du récit de la guérison d'un aveugle, tel qu'il est relaté dans l'Evangile selon St-Jean. La célébration a été entrecoupée de lectures et de prières, dont des intercessions lues par deux représentants de l'Eglise catholique. Ils ont souligné l'importance de l'unité des chrétiens, rappelant que celle-ci ne peut être atteinte que par le biais de la réconciliation, de la rencontre et du dialogue. Ils ont également dit que ce n'est que dans l'unité que nous pouvons assister les démunis et les exclus de ce monde. Ils ont présenté la réconciliation comme un commandement émanant de Dieu et de Jésus-Christ ».

 


A l’issue de ce week-end de festivités, le président du Conseil synodal, Pierre-Philippe Blaser, a dressé un bilan très positif sur la diversité d’horizons des participants présents et sur l’organisation générale des équipes paroissiales, qui ont dû toutes travailler ensemble et « s'adapter les unes aux autres ». « Il nous a fallu surmonter bien des barrières », a-t-il-conclu.

 

 

Lire le récit détaillé de l’évènement

 

 

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more