Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission
Newsletter
Navigation

Patricia Rohner-Hégé élue vice-présidente de l'UEPAL

Réuni à Strasbourg (France) le samedi 18 octobre 2014, le Consistoire supérieur de l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (EPCAAL) vient d’élire Patricia Rohner-Hégé à la vice-présidence du Directoire de l’EPCAAL. Elle est la première femme à occuper ce poste.
Le site de l’UEPAL
Patricia Rohner-Hégé © UEPAL

Jean-Brice de Turckheim, vice-président de l’EPCAAL (Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine), ayant fait part de sa volonté de mettre fin à ses fonctions, le Consistoire supérieur de l’EPCAAL, réuni le 18 octobre 2014, a choisi pour lui succéder Patricia Rohner-Hégé, dont le nom a été proposé au ministère de l’Intérieur. Lorsqu’elle aura été formellement nommée, elle deviendra la première femme à occuper cette fonction depuis l’instauration des Articles organiques en 1802. Et elle sera aussi, de fait, vice-présidente de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL) aux côtés du premier vice-président de l’UEPAL, le pasteur Christian Krieger.

L’UEPAL (Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine), créée en 2006 à la suite du rapprochement de l’Église protestante de la Confession d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (EPCAAL) et de l’Église protestante réformée d’Alsace et de Lorraine (EPRAL), est dirigée par une Assemblée de l’Union, un Conseil plénier et un Conseil restreint, tous trois issus des organes directeurs de l’EPCAAL et de l’EPRAL. Chacune de ces deux Églises a néanmoins toujours sa propre assemblée de type législatif pour fixer ses grandes orientations et priorités : le Consistoire supérieur pour l’EPCAAL, présidé actuellement par Christian Albecker et dont le vice-président était jusqu’alors Jean-Brice de Turkheim ; le Synode pour l’Église réformée - le Conseil synodal, organe exécutif, étant présidé par Christian Krieger. Les deux Églises fournissant également deux vice-présidents pour l’UEPAL : Christian Krieger, premier vice-président, pour l’Église réformée ; et avant la nomination de Patricia Rohner-Hégé, Jean-Brice de Turkheim pour l’EPCAAL.

Lors d’un renouvellement à la vice-présidence de l’EPCAAL, la procédure prévoit que le Consistoire supérieur transmet le nom du candidat élu au ministre de l’Intérieur pour nomination. C’est ce qui a été fait pour Patricia Rohner-Hégé. Il est, en outre, de tradition que le Président du Directoire de l’EPCAAL propose au Consistoire supérieur le candidat en question. Pour Christian Albecker, « au-delà d’une tradition, cet usage est d’une grande sagesse, car la cohérence et la bonne entente du tandem président/vice-président sont essentielles pour le bon fonctionnement des institutions ecclésiales. »

Le président Albecker, élu il y a un peu plus d’un an, le 5 octobre 2013, n’avait jamais fait mystère de son souhait de voir une femme à ce poste. Au-delà des questions de parité formelle, il estime que la mixité contribue à l’enrichissement de toute collectivité. Mais s’il a proposé la personne de Patricia Rohner-Hégé à ce poste, c’est d’abord parce qu’elle est en phase avec sa vision d’Église et avec les orientations qu’il a défendues lorsqu’il était lui-même candidat à la présidence de l’EPCAAL.

Portrait de la nouvelle vice-présidente de l’UEPAL

Patricia Rohner-Hégé connaît bien le pasteur Christian Krieger, aux côtés duquel elle va être amenée à assurer la vice-présidence de l’UEPAL, puisqu’il a été son pasteur à la paroisse réformée du Bouclier de Strasbourg et qu’il a exercé le mandat de président de l’association Le Messager durant quatre ans au début des années 2000.

Patricia Rohner-Hégé a 54 ans. Mariée avec un musicien, professeur au Conservatoire de Strasbourg, et mère de six enfants, elle est engagée à divers niveaux dans l’Église protestante depuis plus de 35 ans. Elle a grandi à Saint-Louis dans le Haut-Rhin, puis a vécu à Nancy, Nogent-sur-Seine, Besançon et Aix-en-Provence découvrant, de l’autre côté des Vosges, la réalité de l’Église réformée de France (aujourd’hui, Église protestante unie de France).

Après avoir suivi des études de théologie à Bâle et pris quelques années pour élever ses trois premiers enfants, elle a été durant sept ans co-directrice d’un centre culturel marseillais installé dans un ancien temple de l’Église réformée de France. Grâce à ses contacts réguliers avec des artistes chrétiens (comédiens, musiciens, danseurs, peintres, sculpteurs, etc.), elle a aussi lancé un bimestriel protestant qui apportait une réflexion sur le lien entre art et foi.

De retour à Strasbourg, elle entre dans l’équipe de rédaction du Messager évangélique, l’hebdomadaire lié aux Églises protestantes régionales. D’abord pigiste, elle effectue un remplacement de la rédactrice en chef durant quelques mois avant d’occuper ce poste à partir de 2006. Quelques années plus tard, elle contribue au lancement du Nouveau Messager, la nouvelle formule éditoriale actuelle qui tire aujourd’hui à 34 000 exemplaires. Elle collabore aussi régulièrement au Temps de le Dire, une émission d’interview de Présence Protestante (France 2).

« Inventer de nouveaux langages de la foi »

Depuis une dizaine d’années, son travail au Messager lui a permis de rencontrer la plupart des pasteurs de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL) ainsi que de très nombreux laïcs. Cette bonne connaissance de la réalité du terrain sera un atout dans l’exercice de ses futures fonctions. Un fil rouge caractérise son travail et son engagement depuis toutes ces années : le souci de s’adresser aux distanciés de l’Église qui n’ont plus les codes de la culture religieuse. Pour eux, il est impératif « d’inventer de nouveaux langages de la foi ».

Patricia Rohner-Hégé est d’origine réformée. Ce n’est pas la première fois que ce poste de l’EPCAAL (et donc luthérien) est occupé par un protestant réformé. Pour Christian Albecker, depuis la création de l’UEPAL – l’Union des deux Églises, réformée et luthérienne d’Alsace et de Lorraine –, les critères ne devraient plus être confessionnels mais liés aux qualités personnelles et à l’engagement des personnes proposées. Selon lui, « Patricia Rohner-Hégé incarne ce qui est une priorité pour l’avenir de l’Église : découvrir ou redécouvrir que l’on n’est pas chrétien seulement par héritage, mais avant tout par choix et par engagement personnel. »

Il est à noter que ce poste est statutairement occupé par un laïc et que cette fonction est exercée à titre bénévole.

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more