Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

Le point sur un projet : le centre Martin-Luther King à La Réunion

La Cevaa soutient financièrement le projet de construction d'un centre social polyvalent pour l'Eglise Protestante de La Réunion. L'idée remonte à 1992. Il s'agit de doter la paroisse de Saint-Pierre (au sud de l’île) d'un bâtiment qui puisse améliorer sa visibilité sur le plan local, tout en permettant d'accueillir des associations engagées dans l'action sociale. Le projet va pouvoir entrer bientôt dans sa phase de réalisation avec l'achat d'un terrain.

Ce projet de centre social polyvalent tient au coeur de l'EPR depuis de longues années. Voici de quelle manière elle le présente elle-même :

« Notre petite Eglise protestante, perdue au coeur de l’Océan Indien, possède cette caractéristique particulière à beaucoup de lieux isolés et insulaires ; elle est lieu de passage et en même temps lieu de brassage de populations et de cultures chrétiennes diverses.

La tradition de cette Eglise ne dépasse pas 50 ans d’ancienneté et la plupart de ses actuels membres actifs n’y sont engagés que depuis quelques années. Des chrétiens très engagés dans la construction du centre paroissial de St Denis au nord de l’île ont aujourd’hui quitté la région et vivent leur foi sous d’autres latitudes !

L’Eglise protestante de la Réunion est donc une Eglise d’accueil : chaque famille nouvelle qui vient vivre sur l’île va y poser sa pierre ! Les pierres vivantes qui s’assemblent dans cette Eglise sont très différentes les unes des autres : elles viennent de traditions protestantes variées et colorées ; la communauté actuelle bénéficie d’influences et de cultures diverses (malgache, française, allemande, créole, etc. ) : une richesse spirituelle dont elle est loin d’avoir réalisé tout le potentiel. En réalité, cette Eglise est beaucoup plus vaste que la géographie réunionnaise ne le permettrait. Elle est un peu à l’image de l’Eglise universelle, sans frontières et sans limites géographiques. Elle reste en lien avec des chrétiens qui sont aujourd’hui très loin mais dont l’Eglise conserve encore la mémoire.

Maintenant qu’il est à nouveau question d’un centre paroissial pour Saint-Pierre dans le sud de l’île, nous réalisons que cet espace communautaire ne sera jamais que l’aspect visible d’une réalité spirituelle beaucoup plus vaste : « Elargis l’espace de ta tente » (Esaïe 54.2)

L'apôtre Pierre a écrit "…et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle…" (1 Pi 2:4-5).

Une pierre ou une brique, toute seule, ne peut pas faire un édifice. Pour cela, elle doit s’unir à d'autres, reposer sur elles, et en porter à son tour. C’est particulièrement vrai à la Réunion lieu de passage, où chacun a une place dans l’édification de l’Eglise, qu’il soit fraîchement arrivé ou déjà parti depuis longtemps. Ainsi, cette « maison spirituelle » sera toujours plus vaste qu’un simple bâtiment, elle ne tiendra bon que si elle est ancrée au sol, posée sur un solide fondement : "Personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, Jésus-Christ" (1 Co 3.11).

C’est le Seigneur qui, par la parole prêchée et entendue, est au coeur de toute communauté chrétienne, assure l’unité de son Eglise et nous rapproche, que nous soyons à St Pierre ou partout ailleurs dans le monde. »

Le projet de centre paroissial dans le sud

Un projet ancien qui se poursuit

Le besoin d’avoir un lieu dans le Sud s’est fait sentir dès 1992, en raison notamment des difficultés de circulation entre le Sud et le Nord qui existaient à l’époque. Ces dernières se sont nettement améliorées notamment avec la mise en service, en juillet 2008, de la Route des Tamarins, reliant le Tampon à Saint-Denis par une quatre-voies. Mais aujourd’hui, il est plus que jamais nécessaire de permettre à la paroisse Sud de poursuivre son développement dans une région en plein essor. Cette communauté doit faire face à plusieurs difficultés, elle a besoin d’un lieu d’accueil afin d’améliorer sa visibilité et de faciliter son fonctionnement et celui du pasteur et de développer son témoignage par des activités à caractère social.

 

Un lieu de vie paroissiale qui permette l’accueil et soit fonctionnel

A l’heure actuelle, pour les cultes, l’EPR loue une chapelle à « l’Eau Vive » une association catholique, en fonction des besoins. Ce lieu dispose également de salles de réunion utilisées de temps à autre. Les diverses rencontres en semaine, sont organisées chez le pasteur ou chez les paroissiens.

Ce fonctionnement connaît ses limites :

  • « l’Eau Vive » n’est pas toujours disponible et nécessite des changements de lieu. Il est difficile de rassembler les familles dans un lieu prêté, aléatoire, exigu, non fonctionnel et qui, par conséquent, ne permet pas de vivre de façon profitable et satisfaisante une vie communautaire, avec le risque, à moyen terme, de voir s’étioler le potentiel existant ;
  • certaines activités, notamment le catéchisme, oblige à trouver tous les mois de nouveaux lieux pour ne pas trop alourdir l’accueil des familles,
  • à chaque nouvelle activité, chaque réunion, fête… trouver un lieu est la première question à se poser.

Tout cela contribue à la difficulté de fidéliser les participants, et nuit fortement à la visibilité et donc au développement de la communauté protestante à la Réunion-Sud. L'EPR a besoin d’un lieu de culte qui soit aussi un lieu de vie, de rassemblement et d’accueil. Un endroit fonctionnel pour les rencontres d’Eglise, les repas fraternels, les rencontres catéchétiques et bibliques et aussi pour pouvoir organiser des activités ouvertes vers l’extérieur.

Un lieu de vie pour le pasteur ou autre permanent

Pour loger le pasteur et sa famille, la paroisse loue au Tampon une maison qui engendre des frais importants. Dans le cadre du Centre Martin Luther-King, il sera nécessaire de prévoir une personne qui puisse loger sur place et s’occuper de l’accueil et de la gestion du centre.

Un lieu pour améliorer la visibilité et l'action de l'EPR au point de vue local

Ce projet va surtout donner de la visibilité à cette Eglise qui a un déficit d’image dans le sud. Pour être repérée et clairement identifiée, tant vis à vis de la société civile que des autres Eglises, la paroisse du Sud a besoin d’un bâtiment qui lui permettra d’asseoir son identité. L'histoire du développement de l'EPR le prouve, c'est la construction du local dans le nord qui lui a donné son assise et la reconnaissance aux yeux de l'extérieur. Or, toute personne arrivant dans le Sud, qui a essayé de trouver la paroisse s’est confrontée à des difficultés. Par exemple, certains nouveaux venus se sont rendus le dimanche matin chez le pasteur croyant que c’était le lieu du culte.

Un lieu d’action sociale

Il existe des associations à but social et éducatif en relation avec l’église (CMLK, Dorcas) qui ont des besoins de locaux. Le contexte social difficile met aussi en avant de nombreux besoins. L’Eglise est plus particulièrement sensible aux domaines suivants :

  • l’éducation populaire : lutte contre l’illettrisme, accompagnement des familles pour l’aide aux devoirs, l’animation jeunesse (week-end, camps)…
  • l’accueil des publics fragilisés notamment les femmes battues, les filles-mère…
  • l’accueil des accompagnants de personnes hospitalisées issus de la zone Océan Indien (Madagascar, Mayotte, les Comores). En effet, certaines associations ou institutionnels (hôpital, Consulat de Madagascar) s’adressent parfois à l’EPR. Jusque là, l’accueil se fait dans les familles. Il serait plus efficace si l'Eglise disposait d’un lieu pour assurer l’accueil de populations en difficultés.

L'état d'avancement du centre 

Un cahier des charges redéfini

Ces différents besoins ont conduit à imaginer la création d’un centre Protestant à vocation multiple qui regrouperait des activités proposant du spirituel, de la convivialité et de l’aide

sociale. Il s’agit de permettre :

  • une vie cultuelle,
  • un lieu de rencontre et d’accueil,
  • un espace d’animations socioculturelles (conférences, concerts…), pour la paroisse et dans un souci d’intégration à la vie du quartier. Par ailleurs, il manque de salles sur Saint-Pierre et cette activité peut permettre quelques revenus annexes ;
  • des aumôneries,
  • des actions caritatives, culturelles,
  • un logement de fonction…

Ce centre sera l’outil au cœur du travail de l’Eglise EPR/Sud. Il pourra être un lieu d’accueil pour des besoins très variés : rapatriés sanitaires, étudiants, dépannages sociaux, ….

Une dynamique déjà en action

Il est à noter que ce projet de centre paroissial dans le sud a déjà permis de mobiliser et de mettre en place des actions (repas, concerts, ventes de gâteaux, atelier vente de Noël…) qui ont permis aux gens de mieux se connaître dans l’action, de se découvrir sous un autre jour, de créer d’autres relations, plus conviviales, de donner un fondement à l’action chrétienne, de faire coïncider leurs aspirations spirituelles avec leur engagement militant.

Depuis juin 2010, le Conseil Presbytéral a chargé le conseil paroissial de Saint-Pierre de constituer un « Comité de pilotage » pour faire avancer la réflexion sur les aspects techniques, juridiques et financiers, ainsi que sur la communication.

L’aspect technique

Le centre paroissial devrait voir le jour sur un terrain de 1000 m2 à Saint-Pierre, plus précisément à « Terre Sainte », quartier populaire situé à proximité de la côte, avec un accès facile sur la route nationale et à proximité de l’I.U.T., de l’école d’infirmière et surtout du Centre Hospitalier Sud. Ce terrain est prolongé par un espace vert municipal aménagé dans un vallon non constructible. Il pourra être utilisable pour des pique-niques et les activités avec les enfants (jeux…).

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more