Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CEVAA - Communauté d'églises en missionCommunauté d'églises en mission

Aller au-devant

Noël approche : faisons silence. Ecoutons. Quelqu'un crie dans le désert. Il nous annonce une bonne nouvelle. Le Seigneur a envoyé devant lui un témoin. Dieu se donne à connaître à travers une rencontre vivante : poussons la porte et marchons au-devant de lui, les mains ouvertes, depuis toutes nos Eglises, tous nos pays. Tous ensemble malgré nos préoccupations diverses, malgré les frontières qui peuvent faire trébucher nos pas, unis par une même foi et une même prière.
Porte ouverte © Albert Huber

Pour ce dimanche 6 décembre 2014, deuxième dimanche de l'Avent, le texte choisi est extrait de l'Evangile de Luc. Il nous parle du ministère de Jean-Baptiste. Répondant à un appel, il « parcourt toute la région du Jourdain », devenant ainsi « la voix de celui qui crie dans le désert » annoncée dans le livre d'Esaïe.

Ce texte annonce une rencontre et rappelle une promesse : « Ce qui est tortueux sera redressé et les chemins rocailleux seront aplanis. Et tout homme verra le salut de Dieu. » Tout homme et toute femme, en tout lieu de la terre, quels que soient le pays ou la langue... Mais pour qu'il y ait rencontre, encore faut-il en accepter la perspective, et se mettre en marche. Il faut pousser la porte et sortir de nos habitudes, qui nous rassurent mais nous enferment. Accepter une rencontre de vie.

Ce texte est commenté par Valérie Mali, pasteur de l'Eglise protestante unie de France (EPUdF), membre de la Cevaa.

 

Il suffit de pousser la porte... © Albert Huber

« La quinzième année du règne de l'empereur Tibère, Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque du territoire de l'Iturée et de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l'Abilène, et Anne et Caïphe étaient grands-prêtres. C'est alors que la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert, et Jean parcourut toute la région du Jourdain; il prêchait le baptême de repentance pour le pardon des péchés, conformément à ce qui est écrit dans le livre des paroles du prophète Esaïe: C'est la voix de celui qui crie dans le désert: ‘Préparez le chemin du Seigneur, rendez ses sentiers droits.’ Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline seront abaissées; ce qui est tortueux sera redressé et les chemins rocailleux seront aplanis. Et tout homme verra le salut de Dieu. »

(Evangile de Luc, 3:1-6)

 

 

Comme Jean le Baptiste, nous allons au-devant parce que nous avons été précédés par celui qui vient. Comme lui, à l'approche de Noël, nous faisons mémoire de ce qui précède, pour nous plonger dans l'événement fondateur de notre foi quand Dieu choisit de nous rencontrer, quand notre relation à Dieu devient écoute-partage-rencontre dans notre présent.

Le Seigneur a envoyé devant lui un témoin, le Baptiste. Il va prêcher et agir, mais tout cela ne serait que du vent si le « voici » n'était pas venu habiter en paroles et en gestes, donner vie, relief, corps, voix à ces gestes et ces paroles.

Dieu se donne à connaître, non à travers des mystères ou des dogmes, mais bien dans cette rencontre vivante avec Jésus-Christ qui nous précède et nous donne d'aller au-devant.

(Valérie Mali, in Parole pour tous, édition 2015)
 

Actions sur le document
    • Imprimer
    • Envoyer à un ami
    • facebook
    • twitter
    • favoris
    • more